Alimentation & entrainement

Il est logique, à juste titre, d'adopter durant une épreuve, une diététique de l'effort et de récupération, ces deux phases étant capitales. Il est beaucoup moins courant, en revanche, de se pencher sur la diététique de l'entraînement, pensant que cette phase est surtout consacrée à l'entraînement physique proprement dit, au matériel, au mental ... sans trop se préoccuper de la qualité nutritionnelle durant cette période.

Or, une diététique de l'entraînement aura toute son importance, non seulement pour préparer l'organisme à l'épreuve, mais surtout pour le maintenir en forme durant cette période et mieux enchaîner les séances.

Un entraînement effectué dans les règles doit préparer le sportif aux efforts intenses de l'épreuve, mais aussi faire progresser régulièrement ses performances par l'amélioration de ses capacités personnelles.

Pourtant, l'entraînement est très souvent gaspillé. Un entraînement intensif est soumis aux mêmes contraintes qu'une épreuve, à savoir : une forte déshydratation, une « fuite » minérale souvent importante, une « usure musculaire » et une consommation plus ou moins importante de glycogène qui peut être conséquente dès le début d'un entraînement intensif.

En cas de déshydratation, le sportif peut avoir perdu le quart de ses forces en 1h à peine et en moins de 2h, il plafonnera à la moitié de ses possibilités. Il devient alors impossible d'effectuer les efforts en intensité, donc de faire progresser ses aptitudes. L'entraînement n’atteint pas son but !

Ces limites sont généralement ignorées des sportifs, pour qui l'entraînement consiste surtout « à s'endurcir ». Il en résulte un blocage de la progression et une accumulation de fatigue, entraînant des passages à vide plus ou moins fréquents en cours de saison.

Pour bon nombre d’entre vous, l’alimentation en période d’entrainement est source de questionnement. En effet, on ne s’alimente pas de la même manière avant une sortie courte qu’avant une sortie longue.

Voici quelques conseils qui vous permettront d’avoir une idée plus précise des aliments à privilégier ou à éviter en fonction de vos sorties. Suivez le guide pour mener à bien votre entrainement…

Sortie courte : faut-il nécessairement modifier son alimentation ?

Vous avez prévu de faire un entraînement de courte durée ? Il est avant tout primordial de ne pas consommer de laitages (pas toujours bien tolérés au niveau digestif) et d’aliments trop fibreux, trop gras et difficiles à digérer.

Conseil

Une collation simple facile à digérer composée d'aliments non transformés est idéale avant l’entrainement : du pain de la confiture par exemple. Sans surcharger l'organisme afin aborder votre sortie en pleine possession de vos moyens.

 

Sortie longue : vers quels aliments se tourner ?

On va plutôt déconseiller certains aliments la veille, notamment ceux favorisant la survenue de troubles digestifs : aliments épicés, acides, riches en fibres, à goût fort… et bien entendu, il faut optimiser la mise en réserve des glucides dans les muscles en consommant, dans des quantités raisonnables, des pâtes, des pommes de terre, du riz etc.

Conseil

Au cours de votre sortie, vous devrez boire par petites gorgées régulières tout au long de l’effort , une boisson sucrée de préférence à base Malto et compléter avec un ravitaillement solide (sandwich pour les sorties d'endurance pure + barres énergétiques) environ toutes les heures, pour un  énergétique optimal.

Plusieurs séances dans la journée : comment s’alimenter ?

Lorsque l’on enchaine plusieurs séances dans la journée, il ne faut pas négliger l’alimentation car le corps a besoin de carburant pour bien récupérer et fournir à nouveau un effort. S’alimenter au cours de l’effort vous aidera à mieux récupérer et mieux enchainer les entrainements. Il vaut mieux privilégier plusieurs en- cas tout au long de la journée que surcharger l'organisme avec un seul gros repas, qui vous fatiguera.

Conseil

Après votre entrainement, la BOISSON DE RECUPERATION permet d’accélérer la récupération musculaire et énergétique. Buvez 50 cl de BOISSON DE RECUPERATION juste après la fin de l’effort.

Quelle alimentation adopter les jours de repos ?

Chaque jour, l’alimentation doit être équilibrée et variée. Le petit-déjeuner peut être constitué d’une boisson chaude, un produit céréalier (pain, céréales), un laitage, un fruit, un peu de matière grasse, des protéines (œufs, jambon) et éventuellement de confiture, de sucre, de miel…

Au déjeuner et au dîner, faites des repas complets avec un fruit, une entrée, une portion de viande, poisson ou œuf, des féculents et/ des légumes d’accompagnement, un laitage e. Vous avez fait un écart pendant le week-end ? Pas de panique, l’équilibre alimentaire se fait sur la semaine et non sur la journée !

PULSE-SESSION
Training, Riding, Session, MTB road trip, Coaching by Ravanel-MTB

© C.Ravanel 2014

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now